Les pôles

Accompagner tous les moments de la vie

Se former

Les pôles d’actions APBP sont des dispositifs structurés qui permettent de mettre en application les Bonnes Pratiques quant à l’accompagnement des personnes porteuses de TSA et de leur famille.

Les pôles de compétences

PCPE – Pôle de Compétences et de Prestations Externalisées

Créé en 2017, le Pôle de Compétences et de Prestations Externalisées propose et finance des prestations inclusives d’accompagnement pour répondre aux besoins de l’enfant ou de l’adulte porteurs de TSA. Il met en synergie un ensemble de moyens permettant à l’individu de faciliter ou de maintenir son inclusion sociale ceci afin d’améliorer l’accessibilité et l’autonomie pour plusieurs dimensions de la vie quotidienne : domicile, école, loisirs, travail, déplacement… Le PCPE met en place une nouvelle forme de partenariat, qui concerne notamment les professionnels libéraux et les services de psychiatrie. Anne-Laure SANCHEZ GARCIA en est la coordinatrice et travaille en réseau avec Les Landes et le Limousin dans le cadre du GCSMS AF. Chaque PCPE est en lien avec les autres pour échanger, informer et apporter sa pierre à l’édifice.

Vidéo explicative diffusée par le média social sur le fonctionnement d'un PCPE

Pôle Animation

L’année est ponctuée d’événements festifs dans lesquels les familles sont parties prenantes : sortie au cirque de Noël, activités équestres, pique niques, concert avec en Daban, présentation du film « Hors Normes », participation active à la journée mondiale de l’autisme …
L’association a aussi développé son propre théâtre joué et à destination des jeunes avec TSA. En partenariat avec l’Office central de Coopération de l’école (OCCE) des Hautes-Pyrénées à Tarbes, dans le cadre du projet THEA, Sylvie Braaksma éducatrice APBP a permis à des jeunes avec TSA de monter sur les planches à la Halle aux grains de Bagnères de Bigorre. Face au succès rencontré, l’association envisage de réitérer l’expérience l’année suivante

Le pôle Formation

La formation est un levier fondamental pour s’approprier les recommandations de bonnes pratiques de la HAS et améliorer l’accompagnement des personnes avec TSA. Le pôle formation permet de répondre à cette exigence, il est coordonné par Barbara Juncaa vice présidente de l’association. L’objectif de ce pôle est de développer différentes formations pour un public divers allant des familles aux futurs professionnels.

En savoir plus sur le Pôle Formation
  • Le diplôme universitaire : Le nombre d’inscriptions et le refus de certains élèves démontrent du succès de ce diplôme. Ces formations permettent d’apprendre les interventions aujourd’hui préconisées, d’améliorer le diagnostic et l’accompagnement spécifique.
  • Partenariat avec l’ITS : Une convention a été signée entre APBP et l’Institut Pierre Bourdieu pour pallier le manque de formation des travailleurs sociaux. Tout ce qui touche à l’autisme est abordé et étudié en fonction des Recommandations des Bonnes Pratiques de la Haute Autorité de Santé, les professionnels sont sélectionnés par l’association qui assure le suivi des modules, leur qualité et leur rigueur. Ces formations à destination des éducateurs, des assistants sociaux des moniteurs éducateurs et des aidants permettent d’améliorer par la suite l’accompagnement du public porteur de TSA.
  • Actions de sensibilisation : lors des nombreux colloques et au CHP de Pau auprès des accompagnants éducatifs et sociaux, à l’IFSI (L’Institut de Formation en Soins Infirmiers) lors des formations continues des médecins etc

    Les projets en cours pour le pôle formation :
    – Licence professionnelle : face au succès du Diplôme Universitaire, l’association participe au développement d’une Licence professionnelle entre Pau et Toulouse
    – Formations de quelques jours sur l ‘inclusion scolaire des enfants avec TSA à destination des enseignants et accompagnateurs (AESH, AVS etc…)

LA PCO
https://pco-tnd64.fr/

La Plateforme Coordination Orientation a pour objectif d’améliorer le repérage et le diagnostic de l’autisme. Elle s’adresse aux jeunes enfants âgés de 0 à 6 ans pour lesquels les parents ou le médecin suspectent un TSA. Elle mettra en place une intervention pluridisciplinaire coordonnée et immédiate dès les premières difficultés repérées en proposant un bilan rapide suivi d’un parcours de soins. Celui ci conduira à des interventions précoces par des professionnels libéraux en psychomotricité, ergothérapie et psychologie. Auparavant à la charge des familles, ces prestations seront dorénavant remboursées par le biais de la PCO.

Intervention Précoce ESDM

Recommandations Interventions précoces HAS ( haute Autorité de Santé)

Sont recommandées auprès de l’enfant les interventions personnalisées, globales et coordonnées débutées avant 4 ans et fondées sur une approche éducative, comportementale et développementale (grade B). Les interventions globales recommandées au regard des preuves de leur efficacité ou de l’expérience professionnelle présentent les critères suivants. Elles sont :

  • précoces, elles débutent entre l’âge de 18 mois et 4 ans, pour des enfants avec diagnostic de TED ou pour lesquels un TED est suspecté (troubles du développement pouvant évoluer vers un TED) et durent au minimum 2 ans (grade B)
  • personnalisées et définies en fonction de l’évaluation initiale et continue du développement et du comportement de l’enfant suivi et tenant compte du développement typique dans les différents domaines (grade B)
  • fondées sur des objectifs fonctionnels à court et moyen terme, ajustés au cours d’échanges entre la famille, les professionnels qui mettent en œuvre les interventions et ceux qui en assurent la supervision (grade B) ; ces interventions visent au minimum l’imitation, le langage, la communication, le jeu, les capacités d’interactions sociales, l’organisation motrice et la planification des actions et les capacités adaptatives des comportements dans la vie quotidienne (grade B) et comportent des stratégies pour prévenir ou réduire la fréquence ou les conséquences des comportements problèmes (grade C) ; elles tiennent compte également des domaines émotionnel et sensoriel (accord d’experts)
  • constamment attentives à promouvoir la généralisation et le transfert des acquis à des situations nouvelles et comportent une transition graduelle vers des environnements notamment sociaux de plus en plus larges et ordinaires (grade B) ; pour ce faire, les interventions peuvent être également pratiquées au domicile si les parents en sont d’accord, puis dans d’autres lieux (accord d’experts)
  • mises en œuvre par une équipe formée et régulièrement supervisée par des professionnels qualifiés et expérimentés (grade B) utilisant un mode commun de communication et d’interactions avec l’enfant, afin de faciliter sa compréhension du monde et des comportements des individus qui l’entourent et ce, malgré la diversité des domaines de compétences visés par les interventions globales (accord d’experts) ; une intervention globale ne peut pas consister en une juxtaposition de pratiques éducatives, pédagogiques, rééducatives ou psychologiques avec des techniques très hétérogènes ou éclectiques (grade B)
  • organisées avec un taux d’encadrement d’un adulte pour un enfant (grade B), à un rythme hebdomadaire d’au moins 25 heures d’interventions/semaine par des intervenants formés (grade B), ou, lorsque les parents le souhaitent, d’au moins 20 heures/semaine par des intervenants formés auxquelles s’ajoutent au moins 5 heures/semaine d’interventions effectuées par les parents eux-mêmes, après une formation leur permettant d’assurer la cohérence des interventions au domicile (grade B). Ces durées, qui respectent les rythmes physiologiques du sommeil en fonction de l’âge, comprennent les temps de scolarisation avec accompagnement individuel adapté : ces interventions visent à faciliter l’accueil de l’enfant en crèche ou à l’école pour des durées progressivement croissantes en fonction de l’âge et de la capacité de l’enfant à s’y intégrer (grade B). Les heures parentales sont effectuées dans le cours normal des activités quotidiennes avec l’enfant (moments d’éveil de l’enfant, repas, toilette, jeux, au moment du lever ou du coucher, pendant les week-ends, etc.). Sont inclus dans ces heures d’interventions des entraînements ciblant des domaines spécifiques de compétences (langage, motricité, schéma corporel, équilibre, etc.) réalisés soit par les intervenants sous la supervision des spécialistes correspondants, soit par les spécialistes eux-mêmes (psychologue, orthophoniste, psychomotricien, ergothérapeute) formés aux méthodes de l’intervention. Est également incluse dans les heures d’interventions la participation de l’enfant à des activités en petit groupe (grade B). L’encadrement d’un adulte pour un enfant dans certaines activités et d’un adulte pour de petits groupes d’enfants dans d’autres activités est également jugé approprié (accord d’experts)
  • organisées avec une structuration de l’environnement (espace, temps, environnement sonore, etc.) adaptée aux particularités de l’enfant ‘'(grade C)précoces, elles débutent entre l’âge de 18 mois et 4 ans, pour des enfants avec diagnostic de TED ou pour lesquels un TED est suspecté (troubles du développement pouvant évoluer vers un TED) et durent au minimum 2 ans (grade B)

Brochure programme Denver

Pôle à venir

LE PÔLE RÉPIT

Le développement du pôle Répit permettra de mettre en place un ensemble de dispositifs à usage des familles et des proches. Est envisagée la création d’un service d’aide à domicile, d’accueil ponctuel en structure médico-sociale ou en famille ainsi que la création d’un dispositif d’échange entre familles. L’objectif étant de pouvoir se faire aider dans la prise en charge et l’accompagnement de l’autisme au quotidien, d’alléger sa charge de travail en sollicitant des spécialistes qui se rendent à domicile pour prendre en charge la personne TSA.